IBOAT

OUT OF FOCUS #2 : Gwardeath 

OUT OF FOCUS : Série d’interviews décadrées et de selfies dessinés par des artistes, musiciens, libraires, restaurateurs qui mettent Bordeaux en effervescence créative, par l’équipage de Blonde Venus, cabaret de curiosités et guinguette inauguré en octobre dernier.

#2 : Guillaume Gwardeath 

Né à Bayonne, Guillaume a grandi dans les Landes en bord d’océan, avec vue sur les Pyrénées, en faisant des fanzines de metal et hardcore. Installé à Bordeaux pour bosser à la radio, il signe de sa plume unique de nombreux articles DE presse culturelle comme Clubs Et Concerts, Spirit, Balise, Junkpage.. Il embarque ensuite dans l’aventure du Zoobizarre, puis à la Rock School Barbey et au sein du club de boxe française de l’Heretic Club (selon ses dires). Aujourd’hui expatrié à Poitiers, on le retrouve à la tête de la Fanzinothèque, une des antichambres les plus créatives du Confort Moderne, friche artistique de premier plan, et de son propre label d’édition ‘Metro Beach’ en hommage à sa plage tant chérie de Tarnos. 

 

1 – A 15 ans, à quoi ressemblais-tu ? On peut avoir une photo à l’appui ? Et qu’est ce que tu écoutais ?

À une sorte de Joey Ramone, fan de Slayer.  J’écoutais les Sex Pistols, Bérurier Noir, Iron Maiden, les Ramones, Anthrax, The Police, Run DMC, Public Enemy, Nuclear Assault, Metallica, les Garçons Bouchers et Les Rats.

2 – Ta première grosse claque artistique ? Et ton souvenir le plus fou (concert, spectacle…) ?

Peut-être Le Livre de la Jungle, de Walt Disney, au cinéma. J’en ai une liste énorme, et j’ose espérer que cette liste n’est pas terminée. Par exemple, le groupe norvégien The Cumshots dans l’ancienne église de La Merced, à Bilbao. Entre deux riffs, je crois avoir compris ce qu’ont dû ressentir nos ancêtres du royaume carolingien ayant dû fuir devant l’envahisseur viking venu piller, tuer et détruire, vers le 9ème siècle.

 

3 – En mars 2020, le monde a basculé. Ta vie ressemble à quoi aujourd’hui ?  Tes manques, tes envies, une anecdote, bonne ou mauvaise ?

Je peux avoir un côté nerd/geek qui me fait tenir des journées entières à me documenter ou à écrire sur un sujet, donc, sans aucune provocation de ma part, je n’ai pas trop mal vécu, comparé à d’autres, mon relatif enfermement. J’ai mis à profit une partie de ce temps pour co-écrire un livre, “Hey You ! Une histoire orale des Burning Heads”, paru depuis sur mon label Metro Beach. Ce qui me manque le plus, c’est des soirées avec de la musique dark electro indus et un dress code permettant d’associer cagoule de lucha libre, ceinture cloutée, boots de fan de Motörhead et cravache d’équitation (on n’est pas obligé de venir avec un cheval).

 

4-  Pourquoi es-tu créatif ?

Au départ, je voulais créer ma propre secte, avec des rituels secrets et des chapeaux rigolos, puis tout ce processus m’a complètement échappé on dirait.

 

5  – TON TOP 5 

Ton film préfèré : La Nom de la Rose, de JJ Annaud, d’après le roman d’Umberto Eco

Un livre : François Villon, Le Testament. Authentique pionnier poétique punk.

Un site web : kexp.org

Un.e artiste : Betty Page

Un plat ou une recette : “Breakfast served all day”, comme dans les road trips aux USA, avec du café, des oranges pressées, des sauces au piment, des pommes de terre, des haricots, des pancakes au sirop d’érable, des toasts et des tranches de concombre.

 5 TITRES DE TA B.O Il y a quoi dans ton casque en ce moment? Une playlist à partager en 5 titres ? 

 

Vegan Piranha – My Heart Is A Bat

Dinosaur Jr – I Ran Away

Cannibal Corpse – Inhuman Harvest

NOFX – The Big Drag

Must Cash – Francis Cabrel

 

Pour terminer, peux-tu te selfie-dessiner ? 

RECEIVE THE IBOAT CALENDAR BY EMAIL

Sign up for the newsletter so you do not miss the agenda, our events, etc.

You will like also